EN FR
Dink et l’invention des couleurs
→ This post is translated in English
Il y a quelques années, le format GIF est tombée dans le domaine public. Passionnés de GIF animés depuis de nombreuses années (nous en réalisions avec MS Paint dans notre prime jeunesse), nous avions toujours voulu l’exploiter sur iPhone.



Après avoir écarté certaines idées qui pourtant donneront des succès comme Vine ou Draw Something, nous avons finalement créé Dink, qui permet de dessiner et de partager des animations.

L’idée de base était de fournir uniquement des outils simples, similaires à ceux que nous utilisions dans Paint. Car nous avions su nous satisfaire des outils de Paint dans le passé et ils présentaient l’avantage de ne pas nécessiter d’apprentissage.

La deuxième idée était de restreindre au maximum le nombre de couleurs afin que les utilisateurs ne perdent pas de temps sur les détails d’une seule image, mais au contraire produisent un grand nombre d’images. Il y avait donc le noir, le blanc, le bleu et le rouge. Plus tard, nous avons ajouté le vert, puis le jaune. Et c’est tout.


Dinkshow

Ces deux idées devaient théoriquement engendrer une explosion de créativité. Un crayon à papier est un outil très simple et monochrome. Mais dans les mains d’un utilisateur talentueux, il engendre des dessins magnifiques comprenant mille nuances. Avec Dink, nous avions le sentiment de créer un tel outil : simple mais puissant.

Quelques mois après le lancement de Dink et de Dink.fr (le service de partage d’animations associé), nous tenions la preuve que nous avions réussi, que nous avions fait les bons choix de conception. Un utilisateur a fait une découverte qui allait changer définitivement la communauté. Une découverte similaire à celle du feu à l’aube de l’humanité : il a posté une animation comprenant une couleur qui n’existait pas dans Dink.


Cet utilisateur avait redécouvert le tramage. En plaçant un point bleu et un point noir côte à côte, on obtient du bleu foncé. Dès lors, la communauté s’est divisée : il y avait ceux qui maîtrisaient le tramage et ceux qui cherchaient par tous les moyens à acquérir cette technique secrète. Le tramage était devenu la marque du pouvoir, comme le snaking dans Mario Kart DS ou la Triforce sur 4chan. Cette technique se transmettait d’utilisateur en utilisateur, s’affinait avec le temps, se théorisait même.

Nous n’avons pas gagné beaucoup d’argent avec Dink, mais cette application a validé nos idées, notre théorie. Nous avons désormais l’assurance que la simplicité peut engendrer la créativité.
La solution de facilité aurait été d’inclure un nuancier donnant l’accès direct à des centaines de couleurs alors que les utilisateurs ont ici pris un plaisir infini à les réinventer par eux-même.


Héros ordinaires...



Street of Rage
Jérémie
30 April 2013